Avez-vous du nez, demande un nez ?

Retour sommaire.

Voici où nous en sommes en septembre 2008 (voir plus bas la situation en 2006 et 2005).

La Commission Locale d'Information et de Surveillance.

Son rôle est de surveiller… la décharge, l'usine d'incinération, le centre de compostage, la société de traitement des terres polluées…

et d'informer et rendre compte aux habitants des communes environnantes.

Sont analysés en particulier : l'air, les fumées, les gaz (torchères, ou gaz récupérés pour produire 29 000 Mégawatts d'électricité),

les eaux de ruissellement, les eaux retraitées du fond de décharge, la nappe phréatique (eau souterraine analysée par des piézomètres),

l'étanchéité des fonds de décharge, le bruit produit par les installations.

Plusieurs habitants d'Echarcon (les Nez) surveillent les odeurs suspectes ou reconnues :

biogaz, compost, engrais, fumées, échappements, pourriture… (Ils suivent des formations) et transmettent leurs observations

(genre d'odeur, odeur faible à forte) à un serveur téléphonique.

Les observation passées ont été utilisées par les responsables du centre de compostage pour inventer de nouvelles méthodes

permettant au compost de se produire sans odeur.

Les valeurs mesurées pour les principaux paramètres (tous des produits nocifs et/ou dangereux comme les composés organiques volatils, les acides…)

sont inférieures aux seuils fixés par l'Arrêté Préfectoral du 15 décembre 2004.

La direction des Carrières de l'Essonne de du Loing s'est engagée dans le respect de normes sévères

qui lui permettront d'obtenir une certification de haut niveau dans le domaine de la Qualité, de la Sécurité et de l'Environnement.

Sur le sommet de la décharge de Brazeux, les biogaz sont récupérés, ainsi que les lixiviats qui sont pompés à 47 m de profondeur, regroupés

dans les bassins ci-dessous, puis retraités. La partie concentrée est renvoyée au sommet de la décharge pour alimenter les réactions chimiques.

Sur le centre de compostage, un nouvelle filière bois (chauffage) a été mise en place.
Broyage, mise en andins pendant 28 jours, criblage final, presque plus d'odeurs nauséabondes.
Le cimetière aux chevaux, partie de la décharge qui reçoit actuellement les déchets. L'écosite se sent à l'étroit...

Ci-dessous, l'installation Biogénie, qui a traité 270 000 tonnes de terres polluées aux hydrocarbures en 2007

(les terres dépolluées sont disposées sur les carrières de Vert le Grand et à Vayres sur Essonne).

Quelques odeurs ont dépassé la cote, immédiatement traitées par le changement du biofiltre (composé de tourbe, compost, coquillages humides sur lesquels sont fixés les micro-organismes épurateurs).

En mai 2007, Biogénie a obtenu la certification de référence en matière de Santé, Sécurité et Environnement, et l'a améliorée en avril 2008.

 

 

 

 

Voici où nous en sommes en mars 2006 (voir plus bas la situation en 2005).

Cliquez ici pour un panoramique du centre de Brazeux-Vert le grand.

 

D'abord, le centre de compostage : plus vaste, moins de déchets verts traités, pratiquement plus de mauvaises odeurs !
Les andains (tas mis à fermenter) sont de taille raisonnable, et remués très régulièrement, ce qui empêche la formation des mauvaises odeurs (fermentation aérobie).
Le biogaz, brûlé jusqu'à présent dans les grandes cheminées de gauche (ce qui réduit les odeurs), sera récupéré pour faire tourner la centrale électrique de droite.
Le centre de tri et valorisation des déchets a été bien amélioré... n'oubliez pas votre carte.
Le centre de traitement des terres polluées aux hydrocarbures faisait sentir sa présence...

La décharge à gauche du centre de valorisation, apporte aussi quelques odeurs. Les papiers qui s'en échappent sont ramassés dans les champs.

Les oiseaux, quant à eux, sont chassés par des cris enregistrés, des silhouettes de chasseurs grandeur nature et des explosions qui ressemblent à des coups de fusils.

 

Ce qui suit ci-dessous date du 26 mai 2005.

I ) Le compost.
Arrivée de tous les déchets verts, quelle que soit leur taille...
et leur degré de putréfaction, plus ou moins avancé (Bonjour les gazons)...
Au fond, la broyeuse où tout est mis en fins morceaux.
Déplacement du compost, régulièrement, pendant 3 semaines pour la maturation.
''On en prend plus avec le nez qu'avec une pelle''
Les bactéries font leur travail...
patiemment...
Vue du compost grossier avant criblage.
Un passage en cribleuse trie les particules les plus fines.
Le compost est prêt.
Traitement des odeurs par vaporisation d'eau avec ajout de citronnelle.
II ) Le biogaz.
Récupération des gaz de la décharge de Brazeux par des cheminées.
Brûlage du biogaz.
III ) Les lixiviats.
Tous les liquides qui sourdent au fond de la décharge de Brazeux, récupérés ici et retraités ailleurs.
Un café bien serré...

 

Retour sommaire.